À la rencontre de Edgär, Louis Aguilar et Arnaud Rebotini au Main Square Festival


Festivals / Thursday, July 18th, 2019

Sur la nouvelle scène régionale “Le Bastion”, les arrageois ont pu découvrir ou redécouvrir des artistes régionaux absolument talentueux. Nous sommes allés notamment à la rencontre de Edgär et de Louis Aguilar.



Antoine Brun et Ronan Mézière : des sonorités électro-pop, une réelle harmonie musicale…

La complicité entre eux est si perceptible que cela se ressent sur scène. Ces deux amiénois nous ont fait la sympathie de répondre à nos questions. Avant cela, on vous laisse découvrir leur dernier clip “Heaven Tricks”.

Clip officiel – Heaven Tricks /Distribution : Alix – Marie – Adrien – Colette – Benjamin Equipe technique : Scénario : Ronan Mézière – Antoine Brun Réalisation & Montage : Jérémie Douchy 1er assistant : Audrey Jeverdan Chef opérateur : Clement Rouzé Electro : Charles Lagueritte Etalonnage : Eudes Quittelier Régisseur général : Maxime Cardot Make up : Marie Ferté Moyens techniques : Alive – LG Son
  • Quels sont les artistes qui vous inspirent ?

“Un nom : Damon Albarn (un featuring à venir qui sait !). Nous sommes influencés par les mêmes choses au niveau de la pop anglaise.” – Ronan

“Je suis également influencé par la chanson française. Des artistes actuels peuvent être sources d’inspiration comme Julien Doré, Angèle… Ils nous inspirent autrement que par la musique, par ce qu’ils sont, par l’image et la personnalité qu’ils nous renvoient.” – Antoine

  • Un conseil source d’inspiration à donner aux jeunes et futurs artistes ?

Connaître le milieu dans lequel ces jeunes veulent évoluer. Il ne suffit pas de plaire aux parents et aux copains. Il faut apprendre à connaître ce milieu.” – Ronan

“Le conseil que je donnerai à un groupe faisant sa troisième répétition dans sa chambre, c’est de ne pas se prendre la tête et de s’amuser. Faire des bœufs avec ses ami(e)s et créer des choses en répétition, c’est un temps de plaisir ! Un temps que tu perds au fur-et-à-mesure que tu te professionnalises, de jouer sans penser sur ce que cette reprise pourrait donner sur le prochain EP. Maintenant, dès qu’on fait de la musique, c’est un travail. Il faut donc s’amuser et prendre du plaisir dans ces bœufs musicaux spontanés ! ” – Antoine

  • Quels sont les projets actuels ?

“Beaucoup de travail en sous-marin actuellement, de nouvelles rencontres pour la promotion de notre dernier EP. Nous continuons de bosser sur de nouveaux morceaux, de nouveaux clips. Nous avons fait un peu moins de concerts cette année parce qu’on a beaucoup travaillé en studio. Nous avons intégré un batteur, il a donc fallu penser notre scène à trois. Pour résumer, beaucoup de travail mais c’est très plaisant !”– Antoine

Louis Aguilar : un univers folk americana comme on aime

Louis Aguilar, au style crooner américain, nous emmène brillamment dans son univers folk rêveur.

Nous vous laissons découvrir le sublime clip “Just a Fool” de ce voyageur tatoué au grand cœur.

Clip officiel – Just a Fool / Directed by Theo Gosselin Director of photography: Léo Schrepel Produced by Play it Loudly & Memories Chef monteur & Etalonneur : Lucas Hauchard Doublage cascade :Maurtymer Thomassine
  • Pouvez-vous vous présenter pour nos lecteurs ?

Louis Aguilar, je fais de la musique folk à tendance americana. J’écris des chansons essentiellement sur les ruptures amoureuses. C’est ce que j’aime faire depuis longtemps, pas me faire larguer bien-sûr, écrire des morceaux à ce sujet ! (rire). Je me définis comme un crooner simple. J’ai une voix de plus en plus grave à force de l’entretenir et j’aime bien faire les choses simplement, seul et avec les bons copains qu’il faut quand il faut.”

  • Quels sont les artistes qui t’inspirent ?

“Il y en a beaucoup ! Je suis ultra fan de Bob Dylan évidemment, surtout son premier album. Ses débuts, cette fraicheur et cette niaque qu’il a de vouloir conquérir le monde. Actuellement, j’adore la scène américaine et brésilienne, Rodrigo Amarante par exemple. Je vais jouer avec Kevin Morby et j’en suis ultra fan. Je l’avais rencontré une fois à Paris, j’avais échangé quelques mots lorsqu’il roulait ses câbles au bord de la scène. Là, il y a quelques mois, on m’appelle pour me proposer sa première partie ! Ça envoie !”

  • Être programmé au Main Square Festival… quel est votre ressenti ?

“C’est un bel accomplissement personnel de pouvoir être sur l’affiche. Il y a mon nom écrit sur les Ecocups (rire). Le sens, je le trouve dans mon rapport au public. Là, ça donne une sorte de contenance, de se sentir soutenu. Ça donne envie de continuer !”

  • Et la reprise de « Noir, c’est noir », on en parle ? Inattendu ! Comment expliquez-vous ce choix ? Vous chantez en anglais, vous choisissez une cover en français ?

“J’écris en français pour mon autre groupe, Weekend Affair, pour d’autres groupes aussi -pour le groupe Pomme, un morceau qui s’appelle “En cavale”-. J’aime bien écrire en français, le chanter. Mais, mon projet folk ne s’y prête pas forcément. J’aime beaucoup faire une reprise dans mes concerts. J’avais sorti un album de reprises il y a deux ans. Quand Johnny Hallyday est mort, les Inrocks m’ont appelé pour participer à une compilation en hommage à Johnny. J’avais choisi cette reprise. Et dans ce concert, j’avais envie de faire cette cover et casser mon rythme, ne pas choisir une reprise folk américaine. J’aime surprendre simplement en faisant un morceau que tout le monde connaît !”

  • Effectivement, c’est un monument cette chanson ! Ça fait combien de temps à présent que votre carrière a décollé ?

“Ça fait quatre ou cinq ans que j’en vis. J’ai commencé les concerts à quinze ans, j’ai 29 ans, ça fait treize ans que je fais ça.”

  • Auriez-vous un conseil pour les jeunes artistes qui débutent actuellement ?

Il ne faut pas louper l’école. Aller à la rencontre des gens, aller dans les concerts. Quand je dis qu’il ne faut pas louper l’école, pour moi l’école c’est de jouer dans des bars et de se confronter à la réalité de la scène. Ne pas se cacher derrière les artifices, oublier les réseaux sociaux. Aller à la rencontre des gens. J’ai créé une scène ouverte à Amiens. Depuis deux ans, un jeudi par mois, tous les mois, on fait une scène ouverte à tous, plutôt dans un style folk guitare voix. On a une règle simple : il n’y a pas de reprise, tu as le droit de faire une reprise uniquement si tu fais une ou deux compositions avant. Les gens viennent de plus en plus ! J’avais besoin de créer cette zone de confort, cette zone bienveillante. Les réseaux sociaux sont importants mais pas dans les débuts ! Pour commencer, il faut aller jouer avant tout. Ce sera mon conseil.”

  • Les projets actuels et à venir ?

“Beaucoup de concerts, une tournée des médiathèques l’année prochaine avec la Dynamo à Lille, qui s’appelle « live entre les livres ». Je commence à écrire le nouvel album. Avec Weekend Affair, on prépare le troisième album également ! Et jeune papa, donc des nuits courtes et de longues journées (rire).”

Sur la Green Room, c’était le tout premier Main Square Festival du grand compositeur de musique électronique : Monsieur Arnaud Rebotini.

Comme à son habitude, il a proposé un set en live ! Certes, juste avant lui, Martin Garrix a su faire remuer la Main Stage sur des sons connus et reconnus de tous. Mais là, nous vous parlons d’un live d’exception. Toujours entouré de ses synthés, claviers et séquenceurs ; Rebotini captive le public et l’emmène dans son univers enivrant, pour clore ce très joli Samedi 6 Juillet comme personne !

Crédit photo : Nicko Guihal
  • D’ailleurs, avant de monter sur scène, nous lui demandions sa vision du Main Square. “Que pensez-vous du Main Square Festival 2019 ?”

Rebotini nous confirme la richesse de ce line-up 2019 : “Il y a un bon équilibre dans l’affiche entre des choses populaires, des choses plus pointues, un peu de rock, un peu de techno. De nombreux festivals en France proposent les mêmes affiches, mais là c’est éclectique !”.

Arnaud Rebotini, c’est une grande classe, un côté vintage, les cheveux gominés, une moustache impeccable… mais surtout : une réelle performance live.

Nous avons d’ores-et-déjà hâte de découvrir le line-up de la seizième édition. Main Square Festival 2020, nous nous tenons prêts !

Crédit photo couverture : Nicko Guihal

Heaven Tricks Nouveau single – 22/02/19
Compilation by Kitsuné MusiqueFrench RocketDavid Martin Angor
Découvrez le dernier album de Louis Aguilar 2019 : Oh boy
Crédit photo : Nicko Guihal
Crédit photo : Nicko Guihal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *